Parmi les contrôles de santé à réaliser régulièrement chez l’enfant, il en est un qu’il convient de ne pas négliger : l’examen ophtalmologique.
En effet, les problèmes de vue peuvent avoir d’importantes conséquences médicales et sociales : retard dans l’apprentissage de la lecture, isolement…

80 % des informations liées à l'apprentissage passent par la vue et 1 petit français de moins de 5 ans sur 6 a des problèmes de vision.
Le dépistage est essentiel !

A quel âge faut-il pratiquer un examen de l’œil chez l’enfant ?


À la naissance, les performances visuelles de l’enfant sont encore imparfaites. L’acuité visuelle est environ d’1/20ème pour arriver à 10/10ème vers l’âge de 4 ans. En effet, chez l’enfant, la vision se développe progressivement jusqu’à l’âge de 4/5 ans.

Si le carnet de santé prévoit un test d’acuité visuelle dès le 9ème mois, c’est le plus souvent à l’âge d'entrée en maternelle (à partir de 2 ans) que les troubles visuels de l’enfant sont dépistés par l’ophtalmologiste.

Si un des parents, et à fortiori si les 2 parents, présentent des troubles visuels, il est recommandé de consulter un ophtalmologiste pour son enfant dès l'âge de 6 ou 7 mois.


Quels sont les troubles qui peuvent affecter la vue de l’enfant ?


Dès le plus jeune âge (naissance, premiers mois), certains troubles visuels tels que la cataracte, le glaucome congénital, les affections rétiniennes ou rétino-corticales nécessitent un examen ophtalmologique approfondi, parfois réalisé sous anesthésie générale. Dans ces cas, l’ophtalmologiste peut décider d’un traitement médical voire chirurgical.


Comment se déroule un examen ophtalmologique?


L’examen ophtalmologique est tout à fait indolore. Avant l’examen, l’ophtalmologiste instille quelques gouttes de collyre pour dilater la pupille. Ensuite, il peut examiner le fond de l’œil et ses autres structures internes. On parle alors d’examen sous cycloplégie.

L’ophtalmologiste recherche d’éventuels troubles de la réfraction comme une hypermétropie (très fréquente chez l’enfant mais qui régresse ou disparaît bien souvent au cours de la croissance), un astigmatisme, un strabisme divergent ou convergent, une amblyopie (différence d’acuité entre les 2 yeux) ou encore un trouble de la perception des couleurs.

La myopie est souvent dépistée plus tardivement puisqu’elle apparaît en général entre 8 et 12 ans.


Quels sont les signes révélateurs de troubles visuels chez l’enfant ?


  • Chez les petits :
    • des yeux rouges larmoyants et qui piquent de manière chronique,
    • un regard tourné toujours du même côté,
    • un comportement maladroit (enfant qui se cogne régulièrement ou qui chute sans explication)…

  • Chez les plus grands (à partir de 5 ans) :
    • des yeux qui se plissent souvent,
    • le nez collé aux pages d’un livre,
    • une réelle difficulté pour reconnaitre les lettres et les chiffres,
    • un apprentissage difficile des couleurs,
    • des maux de tête fréquents …


Conseils pour bien choisir les lunettes de votre enfant


En cas de trouble de la réfraction, l’enfant doit porter des verres correcteurs.

Mais encore faut-il savoir choisir de bonnes lunettes ! Les montures doivent être suffisamment hautes afin que l’enfant ne puisse pas tricher en regardant par-dessus. Il est préférable de les choisir en plastique pour une meilleure résistance aux chocs et aux éventuels accidents.

Jusqu’à l’âge de 16 ans, les verres incassables sont obligatoires : on peut y ajouter un éventuel traitement de surface contre les rayures.

Outre le port de lunettes, les enfants souffrant de strabisme ou d’amblyopie bénéficient aussi d’une prise en charge orthoptique destinée à la rééducation.

Un suivi régulier est alors organisé conjointement entre l’orthoptiste et l’ophtalmologiste.


Quelques définitions* pour décrypter le jargon médical !


AMBLYOPIE : insuffisance uni- ou bilatérale de certaines aptitudes visuelles, principalement l’acuité visuelle (AV), non améliorable par une correction optique. Entraîne chez l’enfant (pendant la première décennie) un trouble de la maturation du cortex visuel irréversible en l’absence de traitement.

STRABISME : déviation objective des axes visuels avec, le plus souvent, perturbation de la vision binoculaire.
Touche 5% des enfants, convergent dans 90% des cas. Il entraîne une amblyopie dans plus de 50 % des cas, et doit être dépisté et corrigé au plus vite

TROUBLES DE LA REFRACTION : anomalies optiques du globe oculaire.
Fréquence élevée, de l’ordre de 20% de la population. Ils se développent dans l’enfance et peuvent entrainer une baisse de l’acuité visuelle (AV).
Dépistés lors d’un examen systématique ou à la suite de signes d’appel : rougeur et picotements oculaires, clignements et plissement des paupières, lecture trop rapprochée et fatigabilité, confusion de lettres, céphalées, vision floue de loin.


*www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/Depistage_des_troubles_visuels_chez_l_enfant.pdf