Bien se nourrir, c’est avant tout prendre soin de sa santé. Alors que le confinement semble réveiller notre goût pour la cuisine, saisissons l’occasion pour retrouver les bons réflexes.
Confinement ou pas, notre alimentation joue un rôle essentiel dans notre bien-être physique et mental et influe sur notre santé à long terme. Cette période exceptionnelle offre l’occasion de porter un regard différent sur la nourriture. Ou tout simplement de s’y intéresser : vous faites peut-être partie des nombreuses personnes qui ont réinvesti la cuisine depuis le début du confinement. Il faut dire qu’au-delà de sa fonction physiologique, l’alimentation nous apporte du plaisir, de la convivialité et du réconfort, sensations fortement recherchées ces jours-ci ! Ce regain d’intérêt est une bonne nouvelle, comment faire en sorte qu’il s’accompagne de bonnes habitudes ? Voici nos conseils.

1. Redécouvrir les repas


Cela peut paraître évident, mais la meilleure habitude à prendre est de ne manger que pendant les repas. Vous en avez 3 au cours de la journée (petit déjeuner, déjeuner et dîner), que vous pouvez compléter d’une légère collation en milieu de matinée ou dans l’après-midi si la faim vous tiraille trop. Dans la mesure du possible, il faut faire de ces repas des moments agréables respectant un certain cadre : prenez-les à heure fixe, installez-vous à table, coupez les écrans. Et surtout, prenez le temps, au moins une vingtaine de minutes, pour savourer et vous rendre compte des effets de la satiété.

2. Adapter les quantités à vos besoins


L’alimentation, c’est de la mécanique : la nourriture que vous absorbez vous apporte l’énergie nécessaire à vos activités journalières. Si vous faites moins d’exercice, vous avez besoin de moins d’apports alimentaires. Pour la plupart des gens, le confinement, synonyme de sédentarité, doit donc s’accompagner d’une diminution des rations alimentaires. Sinon, vous risquez de le payer sur la balance. Il ne s’agit pas de quantifier tout ce que vous mangez. Mais vous pouvez par exemple vous interdire de vous resservir, car la plupart de temps vous le faites par pure gourmandise. Autre piste simple, utilisez des assiettes plus petites qui vous donneront l’impression d’avoir de plus grosses portions. Si vous avez des enfants, ne changez rien pour eux. Ils savent mieux se réguler naturellement et, même confinés, ils ne s’arrêtent jamais de bouger !

3. Revenir aux fondamentaux de la nutrition


Les règles de base d’une alimentation saine sont connues, il est toujours bon de les rappeler : il faut manger équilibré et diversifier les aliments. Sur une journée, vous devez donc apporter à votre corps ce qu’il faut de lipides, de protéines et de glucides. Ayez en tête quelques idées simples : 5 fruits et légumes par jour, plutôt des féculents complets ou semi-complets, des légumes secs en abondance, pas plus de 3 produits laitiers par jour, des viandes grasses et de la charcuterie en quantité limitée, que vous pouvez remplacer par du poisson et des volailles. Et évitez les produits transformés et ultra-transformés saturés de gras, de sucre et de sel. L’étiquetage Nutriscore vous aide à repérer les produits les plus sains.

4. Retrouver les vertus du fait maison


Consacrer plus de temps à la cuisine est une excellente façon de se réapproprier son alimentation, et ce n’est jamais du temps perdu. D’abord parce que cela vous permet de choisir vos produits bruts et de maîtriser ce que vous mettez dans vos recettes. Il est toujours préférable de cuisiner des ingrédients frais, locaux et de saison, mais les surgelés et les conserves peuvent offrir des alternatives de qualité. En plus d’être meilleur à tous points de vue, le fait maison libère votre créativité culinaire et vous fait redécouvrir le vrai goût des choses.

5. Modérer ses consommations de boissons


La seule boisson indispensable à l’être humain est l’eau, dont il est conseillé de boire environ 1,5 litre chaque jour. Pour les autres liquides, la modération s’impose. L’alcool notamment, en plus d’être nocif pour votre santé présente un vrai danger d’addiction. Il est recommandé de boire moins de 2 verres par jour, et pas tous les jours. Limitez aussi au maximum les sodas et jus de fruits, fortement caloriques et qui ont des effets néfastes à long terme sur tout votre corps.

6. Et le plaisir alors ?


Est-ce que prendre de bonnes habitudes alimentaires veut dire s’infliger une cure d’austérité ? Certainement pas ! Il n’y a pas de bonne alimentation sans plaisir de manger et sans le goût des bonnes choses, mais toujours dans l’équilibre et la modération. Privilégiez les saveurs, la qualité, la convivialité et sachez reconnaître les comportements compulsifs. Pour cela, il faut apprendre à différencier la faim véritable des autres raisons qui vous poussent à grignoter comme l’ennui, le stress ou l’angoisse. Vous avez même droit à des écarts de temps en temps, un carré de chocolat ou une gourmandise, mais il faut être capable de les maîtriser, voire de les compenser.

Vous voyez qu’une bonne alimentation, ce n’est pas sorcier : vous avez la recette, à vous de jouer ! Pour aller plus loin, vous pouvez consulter les conseils nutrition de Viasanté dans le livret « Plaisirs et vitamines » : téléchargez-le ici.


Découvrez toutes nos fiches conseil bien-être et santé sur www.mutuelle-viasante.fr/fiches-sante